Jeanne Susplugas - Six feet Under

October 12, 2017

Je n’avais pas vraiment le droit de regarder la télévision sauf pendant les vacances. J’aimais beaucoup regarder « V ». Retrouver Julie, Diana et Mike, à l’époque, à heures fixes. Les visiteurs, des extra terrestres capables de prendre forme humaine, alors qu’ils sont de gros lézards, déclarent être venus en paix, s’immiscent dans la population et prétendent apporter leur connaissance scientifique. Donovan et Parrish organisent la résistance avec l’aide de visiteurs rebelles mais Diana qui dirige l’armée des envahisseurs s’acharne à vouloir dominer l’humanité. Je me souviens que l’on faisait ce V, de victoire, comme eux, en signe de résistance.

Je regardais parfois « Star Trek » mais bizarrement, je ne me souviens pas du fond mais de la forme. D’un univers et d’une esthétique singuliers qui me paraissaient à la fois ringards et fascinants.

A l’adolescence, j’ai surtout le souvenir de l’exclusion que je ressentais. Dans mon souvenir, quasiment tout le monde regardait la télé, notamment « Deux flics à Miami » et en discutait le lendemain matin avant les cours. Conversations auxquelles je ne pouvais participer.

 

Je ne regarde pas spontanément de séries. Mais si je décide de le faire, c’est en principe sur les conseils de quelqu’un qui pense que cela pourrait m’intéresser par rapport à mon travail et mes questionnements. À ce moment là, je vais regarder plusieurs épisodes sur mon ordi. Je n’ai jamais vraiment eu de télé et internet l’a définitivement remplacée. Cela offre une grande liberté spatiale et temporelle.

 

En 2006, j’étais en résidence en Pologne, au Wyspa Institut of Art de Gdansk dirigé par Aneta Szylak, sur une invitation de l’Espace Croisé à Roubaix co-dirigés par Mo Gourmelon et Eric Deneuville. Un lieu singulier qui se trouve sur les chantiers navals, site historique de la révolte de Solidarność. Un lieu sous surveillance que l’on pénètre avec son passeport et une autorisation spéciale pour les résidents – à l’époque, j’étais la seule résidente, la première d’ailleurs. Pour différentes raisons, mon état, mais aussi l’isolement de la résidence, on m’a apporté le coffret de « Six Feet Under ». Je suis complètement rentrée dans cette famille, à la tête d’une société de pompes funèbres à Los Angeles. Chaque épisode commence par un mort. C’est assez glauque, mais on est vite plongé dans une observation cynique de la sexualité, du macabre, de la religion, autant de sujets qui peuvent paraître tabous dans une société puritaine.

 

Par rapport à l’enfermement, j’ai regardé « Orange is the new black ». L’histoire se déroule dans une prison de femmes dans laquelle l’héroïne, Piper Chapman, est incarcérée.

 

J’ai aussi regardé « Humans » qui dépeint un monde assisté de Synthèts, robots domestiques dont certains semblent dotés d’une conscience et d’un libre arbitre.

 

La dernière en date est « Mr Robot », un jeune informaticien new yorkais qui travaille pour une entreprise de sécurité informatique. Cette sorte d’anti-héros qui se pose en cyber-justicier, souffre de trouble d’anxiété sociale, de dépression et de paranoïa.

Selon ce que l’on entend par « artiste », je peux évoquer David Lynch qui est un artiste ayant orienté sa carrière vers d’autres supports comme la peinture. Le regard qu’il porte sur la société dans Twin Peaks est terrifiant et je pense qu’il a modifié ma perception du monde de manière durable.

 

Flying house, 2017, dimensions variables, mixed media

production: Centre d’art contemporain La Maréchalerie-Ensa-V, Versailles (©eduardo serafim)

 Peeping Tom’s House, 2007, 160 x 140 x 140 cm, Wood, 10 lcd screens and media players / Bois, 10 écrans Lcd et lecteurs multimédias, Sound / Son : Eric Pajot

 

All the world’s a stage, 2013, Carton, bois, roulettes, son, Dimensions variables

Production : FNAGP

Light house II, 2011, Aluminium, LED, 1m84 x 2m36 cm (largest diameter) (diameter up: 1m70)

There’s no place like home, 2012

Actress/Actrice : Manesca de Ternay, Video 16:9, Color, sound, 20s, loop

Mask, 2009, 50x60 cm, c-print

 

 

Jeanne Susplugas

En 2006, Jeanne Susplugas faisait la une de la Saison Vidéo

Entretien « À La limite », p. 29-32

En 2013, elle participait au programme ATOMIC TOURISM

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© 2017 Saison Vidéo

  • Facebook B&W